Blog Voyage > Comment obtenir un visa ? > Les différents types de visa pour le Japon

Les différents types de visa pour le Japon

par Pidgy

Vous avez décidé de partir au Japon ? Super ! Vous vous demandez sûrement si vous devez faire une demande de visa pour le Japon. Les autorités nippones sont particulièrement intransigeantes vis-à-vis des démarches administratives.

Pas de panique ! Nous vous détaillons ci-dessous les différents types de visa existants et les divers préparatifs pour partir en toute légalité au Japon.

Séjour temporaire : Faut-il un visa pour le Japon ?

Visiter le Japon sans visa touristique, c’est possible ! Toutefois, vous devez remplir quelques conditions essentielles. Rien de bien méchant, rassurez-vous.

Quelles conditions respecter ?

En tant que ressortissants français, vous devez tout d’abord avoir un passeport français en cours de validité. C’est-à-dire qu’il doit encore être valide à la fin de votre séjour au Japon. Ensuite, la durée de votre voyage doit être inférieure à 90 jours.

Enfin, le motif de votre visite doit faire partie des catégories d’exemption de visa pour séjour temporaire. Le Ministère des Affaires étrangères japonais en dénombre plusieurs. Voici les principales :

  • Voyages touristiques
  • Visites à la famille ou aux amis
  • Déplacements professionnels
  • Stages
  • Séjours pour raison médicale

Que se passe-t-il à votre arrivée au Japon ?

Tout est bon pour vous ? Parfait ! Après plus de 12 h d’avion, vous voilà arrivés sur le territoire nippon.

Nous vous avions dit que le Japon prenait les mesures de sécurité très au sérieux. Sachez que quel que soit le motif de votre séjour, vous devrez remplir deux documents en anglais (ou en japonais si vous en êtes capables) pendant le vol. On vous demandera notamment un numéro de téléphone pour vous joindre et l’adresse où vous résiderez sur place.

Pour commencer, l’immigration relèvera vos empreintes digitales et oculaires. On vous prendra aussi en photo. Puis, vous remettrez votre passeport valide et l’une des deux feuilles remplies à bord de l’avion. Après examen de votre passeport, on y apposera une vignette comme celle apparaissant ci-dessous.

Vignette Japon passeport

Elle comprend les informations suivantes :

  • Date de votre entrée sur le territoire japonais
  • Date limite de votre séjour temporaire
  • Statut (visiteur temporaire)
  • Durée de séjour autorisée (90 jours)
  • Nom de l’aéroport par lequel vous êtes arrivés au Japon

Après avoir récupéré vos bagages, vous remettrez la seconde feuille complétée pendant le vol à l’agent qui contrôle les valises. Vous pourrez ensuite sortir de l’aéroport.

Et pour le retour en France ?

Lorsque vous quitterez le territoire japonais, vous recevrez cette fois-ci un tampon sur votre passeport. Il sert à confirmer votre sortie du pays.

De plus, il vous indique le nom de l’aéroport par lequel vous rentrez en France, la date de votre départ et le nom de l’autorité ayant délivré le tampon. Le plus souvent, ce sera le Bureau de l’immigration japonais.

Tampon Japon passeport

Visa vacances-travail pour le Japon

Envie de découvrir le Japon, parler japonais et trouver du travail sur place ? Pourquoi ne pas opter pour le Permis Vacances Travail/Programme Vacances-Travail (PVT) ? On vous dit tout juste en dessous.

Qu’est-ce que le PVT ?

Le PVT, ou working holiday (whv) en anglais, est la meilleure façon de conjuguer tourisme et travail dans un pays. Il a été mis en place grâce à l’accord bilatéral du 08 janvier 1999 entre la France et le Japon.

Grâce à lui, vous pouvez ainsi séjourner pour une durée maximum d’un an au pays du soleil levant, sans possibilité de prolongation. Attention toutefois ! Votre objectif principal doit rester le tourisme. Cependant, le côté emploi doit uniquement servir à compléter vos revenus existants et demeurer occasionnel. Par ailleurs, sachez qu’il vous est interdit de travailler dans des secteurs portant atteinte aux bonnes mœurs. Par exemple les bars, les salles de jeu d’argent ou boîtes de nuit.

Ainsi, si votre but est d’étudier ou de chercher un emploi, tournez-vous plutôt vers le visa étudiant ou de travail. De plus, vous ne pourrez en aucun cas effectuer un changement de statut durant la durée de validité du PVT. Pour ces motifs, nous vous invitons donc à bien identifier vos aspirations profondes avant de choisir ce type de séjour.

Comment obtenir un PVT pour le Japon ?

Une fois que vous avez fait votre choix, vous devez vérifier que vous remplissez les conditions préalables pour demander le PVT. Selon l’ambassade du Japon en France, vous devez :

  • Avoir entre 18 et 30 ans au moment du dépôt de la demande
  • Demander le PVT au Japon pour la première fois
  • Partir sans enfants à charge
  • Être en bonne santé
  • Avoir l’intention de respecter les termes de l’accord bilatéral

Quels sont les documents nécessaires à l’instruction du dossier ?

Contrairement aux longs séjours pour lesquels la demande de visa peut se faire dans n’importe quel consulat général de France ou ambassade de France, sachez que pour devenir pvtistes, il faudra absolument vous rendre dans l’établissement dont dépend votre lieu de résidence. Dans le cas contraire, toute démarche sera automatiquement refusée.

Voici une carte indiquant l’ambassade ou le consulat où vous devez déposer votre demande de PVT selon votre lieu de résidence. On dénombre 4 zones que l’on a appelées A, B, C et D.

carte repartition region demande pvt

L’ambassade de Paris demande les documents suivants pour l’instruction du dossier :

  • Formulaire de demande de visa dûment rempli : Vous pouvez le télécharger sur le site du Ministère des affaires étrangères japonais ou le remplir sur place. Bien qu’il soit en anglais, l’ambassade a créé un document avec des annotations en français pour vous aider. Il faut remplir le formulaire manuellement ou informatiquement.
  • 1 photo d’identité au format 35×44 mm : À coller sur le formulaire de demande de visa, elle doit dater de moins de 6 mois.
  • Votre passeport et la photocopie de sa page d’identité : L’ambassade conserve votre passeport pendant l’étude de votre dossier. De plus, si votre adresse actuelle diffère de celle inscrite sur le passeport, il suffit de fournir un justificatif de domicile.

Jusque là, rien d’étonnant, ce sont les mêmes pièces que pour un visa de long séjour. Cependant, d’autres documents sont aussi à remettre.

Justificatif financier au nom du demandeur

Pour subvenir à vos besoins, vous recourrez principalement à vos ressources financières. C’est pourquoi l’ambassade doit savoir si votre compte en banque est suffisamment fourni pour partir vivre au Japon durant votre PVT.

Ce justificatif financier doit dater de moins d’un mois à la date du dépôt et peut être :

  • Un relevé de compte courant ou d’épargne non bloquée dont le montant est supérieur ou égal à 4 500 euros.
  • OU un relevé de compte courant ou d’épargne non bloquée indiquant un solde supérieur ou égal à 3 100 euros
    + le billet d’avion aller retour France-Japon, avec une durée minimale de 6 mois entre les deux dates. Le retour doit être modifiable et le coût de cette opération doit figurer sur le billet
    + la copie du relevé de compte sur lequel apparaît le coût du billet d’avion

Lettre de motivation

Rédigez-la de préférence en anglais si vous le pouvez. Sachez toutefois que la lettre en français reste acceptée. Détaillez-y votre intérêt pour le Japon afin de convaincre l’ambassade de votre grande motivation.

Formulaire de projet du séjour

Vous pouvez le télécharger sur le site de l’ambassade de Paris. Remplissez-le soit en anglais (toujours préférable), soit en français. Sachez également que vous pouvez compléter le formulaire manuellement ou informatiquement.

Vous y noterez entre autres les activités prévues pendant votre PVT, le budget correspondant avec vos revenus et vos dépenses, des pistes pour une recherche de travail. Pourquoi ne pas donner des cours de langue ? Si besoin, utilisez plusieurs pages.

Curriculum Vitae

À l’instar des formulaires précédents, rédiger votre CV en anglais est un vrai plus. Vous êtes libres de télécharger et compléter le formulaire créé par l’ambassade de Paris, ou de fournir votre modèle personnel.

Certificat médical

Puisque vous partez pour un bon bout de temps, le gouvernement japonais exige que vous soyez en bonne santé avant de partir. Allez donc voir votre médecin traitant pour un examen complet de votre état de santé. Le certificat doit dater de moins d’un mois.

Une fois toutes les pièces rassemblées, rendez-vous à l’ambassade ou au consulat de votre département de résidence. Pour Paris, les dépôts se font exclusivement le matin de 9h30 à 12h.

Quelles sont les modalités de retrait du visa vacances-travail pour le Japon ?

Il est à noter que le délai est de 3 à 6 jours ouvrés pour la délivrance du visa pour le PVT. De plus, contrairement au visa de long séjour, il n’y a aucun frais à régler !

Lors de la remise des pièces de votre dossier, on vous remettra un ticket de retrait indiquant le jour et l’heure à laquelle vous pourrez venir chercher votre passeport et, si votre demande est acceptée, le sésame pour passer un an maximum au Japon ! À cet égard, les retraits se font uniquement l’après-midi, de 14h30 à 17h à Paris.

Immigrer au Japon

Vous souhaitez immigrer au Japon pour une durée plus longue ou de manière définitive ? C’est génial mais pour cela, il vous faudra obligatoirement obtenir un visa de long séjour.

Visas de long séjour pour le Japon

Avant toute chose, sachez que pour tout long séjour au Japon, vous devez obtenir le COE (Certificate of Eligibility).  En premier lieu, le Bureau de l’immigration étudie d’abord votre dossier. Puis, il délivre le COE s’il estime que vous remplissez toutes les conditions requises pour résider temporairement au Japon. En somme, le COE sert juste à appuyer votre demande, ce n’est pas un visa.

Quelle est la procédure d’obtention du visa de long séjour pour le Japon ?

obtention de visa japon

1. Se faire envoyer le COE depuis le Japon

La demande de COE se fait uniquement au Japon et elle est gratuite. C’est l’organisme d’accueil qui se charge de monter votre dossier auprès du Bureau de l’immigration japonais. Cet organisme peut être l’entreprise dans laquelle vous allez travailler ou l’école dans laquelle vous allez étudier.

Quoi qu’il en soit, on vous demandera de fournir une liste de documents pour l’étude de votre dossier COE. Par ailleurs, veuillez noter que la délivrance du COE se fait 1 à 3 mois après votre demande. Prenez-vous y donc à l’avance !

Si le Bureau de l’immigration accorde son feu vert, vous recevrez l’original du COE par courrier postal.

2. Faire une demande de visa

Une fois le COE en poche, vous allez devoir faire une demande de visa auprès de l’ambassade ou du consulat dont dépend votre lieu de résidence.

En premier lieu, rassemblez les différentes pièces afin de constituer votre dossier. Ces dernières peuvent différer selon l’établissement mais voici celles demandées par l’ambassade du Japon à Paris :

  • Formulaire de demande de visa dûment rempli : Vous pouvez le télécharger sur le site du Ministère des affaires étrangères japonais ou le remplir sur place. Bien qu’il soit en anglais, l’ambassade a créé un document avec des annotations en français pour vous aider. Remplissez-le manuellement ou informatiquement.
  • 1 photo d’identité au format 35×44 mm : À coller sur le formulaire de demande de visa, elle doit dater de moins de six mois.
  • Votre passeport et la copie de sa page d’identité : L’ambassade conserve votre passeport pendant l’étude de votre dossier.
  • Original du COE
  • Documents annexes selon le type de visa longue durée

Une fois toutes les pièces en main, rendez-vous dans votre ambassade ou consulat pour déposer votre demande. Si vous êtes le demandeur, votre présence est obligatoire. Autrement dit, pas de procuration possible, sauf exceptions détaillées par l’ambassade de Paris. Faites également attention aux horaires prévus pour le dépôt car ils peuvent différer des horaires d’ouverture de l’établissement. Par exemple, l’ambassade de Paris recueille les dépôts de visa uniquement en matinée, de 9h30 à 12h30.

Puis, on vous remettra un ticket de retrait en échange de tous les documents. Vous y trouverez le jour et l’heure pour venir retirer votre visa.

3. Retirer le visa

En réalité, il serait plus juste de dire que vous connaîtrez l’issue de votre demande à la date indiquée sur le ticket de retrait. Vous pouvez effectivement vous voir refuser le visa après examen de votre dossier. Néanmoins, rassurez-vous, c’est un fait extrêmement rare.

Généralement, la délivrance prend 3 à 6 jours ouvrés. Une tierce personne ou vous-même pouvez retirer le visa, à condition de présenter l’original du ticket de retrait. De plus, sachez que les retraits se font uniquement l’après-midi à Paris, de 14h30 à 17h. On vous rendra le COE, votre passeport dans lequel sera collé le visa, et la preuve du paiement de ce dernier. Eh oui, là encore, ce n’est pas gratuit !

4. Régler le visa

Le règlement du visa se fait au moment du retrait et le montant est indiqué sur le ticket de retrait. Seul le paiement en espèces est accepté.

Voici les frais de visa selon le nombre d’entrées choisi :

  • Entrée simple : 24 €
  • Entrée multiple : 48 €

5. Entrer sur le territoire japonais

Vous possédez enfin tous les documents pour partir en toute légalité ? Parfait. Il ne vous reste plus qu’à vous rendre au Japon et profiter de votre long séjour. En outre, sachez que vous disposez de 3 mois à compter de la délivrance du visa pour entrer sur le territoire japonais.

Quels visas long séjour peuvent être demandés pour immigrer au Japon ?

Il en existe plusieurs, en voici quelques uns.

Visa étudiant pour le Japon

Visa étudiant Japon

Il vous permet d’étudier dans une école de langue pour apprendre la langue japonaise par exemple, ou de suivre des cours dans une université. À cet égard, Il est indispensable si vous restez plus de 3 mois. Sinon, vous entrerez sur le sol japonais comme un touriste. Vous serez donc exemptés de visa.

Au préalable, il vous faut prendre contact avec l’établissement désiré. Une fois votre inscription validée, il entamera les démarches pour que vous receviez le COE.

Comme vous le savez, la vie au Japon est chère. On vous conseille donc de trouver un boulot (baito) pour financer vos études et vos sorties. Par ailleurs, le nombre d’heures de travail est encadré pour les étudiants. En effet, vous ne pouvez travailler que 28 h par semaine maximum. Enfin, comme pour le PVT, certains secteurs sont strictement interdits (pachinko, boîtes de nuit ou les bars).

Si vous souhaitez travailler à temps partiel, informez votre école ou université qui vous transmettra un document comme celui ci-dessous. Il sera à remettre à l’immigration dès votre arrivée à l’aéroport.

Demande de permis de travail

Une fois le document remis aux autorités locales, il est indispensable d’ouvrir un compte bancaire dans une banque japonaise. En effet, votre employeur vous virera votre salaire en yen directement sur ce compte. En outre, pensez à garder tous vos futurs relevés bancaires, au cas où on vous demanderait un quelconque justificatif.

Visa de travail pour le Japon

Ce visa vous autorise à travailler au Japon. Dès que vous avez signé votre contrat de travail, l’entreprise se chargera de s’occuper de votre dossier COE auprès du Bureau de l’immigration japonais. Par ailleurs, veuillez noter que le COE est obligatoire, quelle que soit la durée de votre contrat.

Visa de stage pour le Japon

Comme pour le visa étudiant, si votre contrat de stage est non rémunéré (ou faiblement indemnisé) et prévoit une durée maximale de 90 jours, vous n’avez pas besoin de faire une demande de visa. Vous serez considérés comme touristes.

Par contre, si votre stage est rémunéré et/ou dure plus de 90 jours, vous serez contraints d’entamer les démarches qui s’imposent. L’obtention du COE est d’ailleurs fortement recommandée.

Visa pour rapprochement familial

Il concerne toute personne mariée devant effectuer un séjour de longue durée au Japon pour rejoindre son époux(se) japonais(e) muté(e) pour le travail par exemple. Le COE est vivement recommandé dans ce cas. Sachez cependant que ce visa ne vous autorise nullement à travailler. Un visa de travail s’impose.

Visa pour activités culturelles

Grâce à ce visa, vous pouvez acquérir du savoir-faire japonais, tel que les arts martiaux ou la cérémonie du thé. Le COE est obligatoire pour appuyer votre demande.

Visa pour époux et descendants de Japonais

Pratique, ce document permet à toute personne mariée à un/une Japonais(e) ou à un enfant de Japonais de séjourner longtemps au Japon. Le COE est fortement recommandé.

En cas de sortie du territoire japonais excédant 12 mois mais restant dans la durée de validité du visa, il vous faudra un permis de re-entrée. Sinon, les autorités annuleront votre visa !

Vous aimerez peut-être...

Laisser un Commentaire

* En remplissant ce formulaire, vous acceptez que ce site stocke et exploite vos données personnelles.

Ce site Internet utilise des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur. Vous pouvez toutefois refuser. J’accepte En savoir plus